20/09/2004

Clara, la souche du delhaize, les sushis

La remarque qui m’a le plus cloué .« écoute je voudrais bien t’aimer encore, mais avoue, tu sais faire seulement deux chose, la bouffe et la baise…alors je serais devenue énorme et lubrique…adieu/ Clara » Voilà comment était résume sur le verso d’un ticket du delhaize mes 9 mois de vie avec Clara : plus de 6500 heures pulverisée en moins de 30 mots ! Sur le ticket du delhaize qui m’avait permis de lui faire les sushis qu’elle adorait que j’ai conservé ( après l’avoir détaillé, j’ai constater avec horreur qu’on approchait les 500 points et donc du super bon, aurait-t-elle eu peur de cette nouvelle étape dans notre vie ?!?)Bon ma douce Clara , maintenant que tu es très loin et que les sutures sur mon cœur on l’air de tenir, je peux enfin me l’avouer.C’était impossible entre nous , grotesque et violent de sentiments , inaccessible pour toi et moi, il était donc urgent pour nous de le vivre, de le dévorer jusqu' au dégoût total.C’est comme chez Zizi (le glacier par l’organe), je sais que je vais être malade mais cette glace américaine 9 boules est uniquement sur la carte pour que je la commande ! Je le sais avant , je le constate pendant mais ça ne m’arête pas pour autant quand je la dévore.Apres je peux juste subir le sors que je me suis réservé : être malade et sentir le froid en moi.Je te le concède je suis boulimique en amour : je prends tout , je donne tout : c’est mathématique finalement : le moins et le plus s’annule, c’est sûrement pour cela qu’après il ne restait rien de nousOn m’a dit un jour : « la passion ne supporte que la passion » c’est vrai, ma bêtise est d’être toujours le dernier à me détacher.J’aurai du doucement éroder les liens qui nous liaient, mais bon j’y suis pas arrivé, je n’y arriverai jamais d’ailleurs (faut bien se faire une raison …) Bon ma Belle, d’accord, je t’ai nourrie un peu trop Je dois vous expliquer que ma vie avec Clara se résumait en effet a peu de chose : RDV après nos boulots (cad apres 20 h ) resto ensemble et baise jusque trop tard. On connaissait un légère variante : baise , je faisais à manger, diner ensemble , re-baise. Rétrospectivement et mis bout à bout , les chiffres laissent rêveurs : sans doute 350 bouteilles de vin (dont 150 grand cru ) , ¾ de tonne de bouffe et sans doute des centaines de coïts ou autres pénétrations diverses soit par moi soit pas d’autre artifices…(dont 50 très grand cru classé ).J’aurai du boire plus tes paroles , tu m’avais mis en garde…j’ai compris, trop tard comme toujours. Bonne diète alors…

13:32 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ouais La bouffe, la baise... c'est aussi difficile. T'es sûr qu'elle n'était pas juste TRES gentille pour te larguer sans trop de pleurs? La flatterie t'amène en géneral où elles te veulent!

Écrit par : khun | 22/09/2004

Les commentaires sont fermés.