23/09/2004

Valérie, les meduses et mes fantômes...

Qu’est devenue Valérie Kaprisky ?

Comment une icône sexuelle peut disparaître à ce point, se dissoudre dans le fantasme feminin collectif ?

Bordel elle en jetait quand meme , en monokini avec sa p’tite culotte de bain dans l’"année des méduses", non ?

Pour moi qui a l’époque devais affronter un début d’adolescence difficile ( mais ça c’est un pléonasme…) , la seul vue de la demoiselle avec sa poitrine si jolie suffisait à

redoper ma libido pour 15 jours. C'est simple j'aurais troqué une espérance de vie de 115 ans contre 6 mois avec elle

 Il faut dire qu’à cet age, la vie est d’autant plus dure que la différence d’évolution entre fille et garçon me permettait d’affiner mes frustrations et de bien travailler mes rancœurs.

Etre l’ ‘average ‘boy c’est pas facile, surtout que toutes les demoiselles qui me faisaient tilter les prunelles n’avaient d’yeux que pour les bellâtres plus agés…

C’est dingue,vous avez remarquez, il y toujours un type à l'école , bomec, sympa , toujours bronzé même en hiver , champion d’un sport glamour style hockey (rarement ping-pong), qui se coltine  une meute de groupies aux yeux concupiscents agglutinée à  ses mocassins derniers cris ?

Le plus terrible pour moi  était qu’il  avait l’air de s’en foutre au plus haut point. Les filles trouvaient normal de prendre un ticket pour attendre patiemment le moment ou elles pourraient à leur tour tenir la main d’Apollon (et auxiliairement son kiki dans une salle de cinéma quelconque quand  l' UGC de brouckere s'appellait encore l'eldorado ) .

Moi qui suis rarement sorti indemne d’une quelconque relation amoureuse , Ca me fascinait ! Comment pouvait-il garder son sang froid avec un si  bel étal à disposition ?

Dans son cas je me serais grillé en 2 relations, ma bêtise chronique et mon aptitude maladive à vouloir absolument faire plaisir à l’autre m’auraient démasqué aussitôt : j’avais besoin d’amour et le fait d’en offrir gratuitement c’était déjà has been

L’objet de convoitise serait devenu aussi quelconque qu’une golf sur un parking de GB, un numéro dans la masse.

Qu’est ce qui est le mieux dans le fantasme ? Le rêver ou le vivre ? Pour ma part je l’ai uniquement rêvé donc je manque singulièrement de repères sur le fait de le vivre.

Il y a deux mois de cela , je suis allé au mariage d’un vieille connaissance (je dis cela car je considère que le fait de ne plus voir quelqu’un pendant 2 ans le relègue à ce stade).

Quelle ne fut pas ma surprise de croiser les fossoyeur de mes espérances d’ado…Jean

(appelons le Jean ca lui va bien), Jean donc était la tjs sur de lui, brillant de son auréole de vieux jeune premier (et oui 30 ans ça plombe un peu), sortant d’un divorce (et oui courir les fille ça n’aide pas le couple…) , mais toujours crepitant de sex-apeal…ça au mois ça reste.

Repérant avec son regard de prédateur l’élue qui aura la chance de partager sa couche après le dernier slow. Mais l’élue à mes yeux n’était plus la Kaprisky de ma jeunesse.

Elle aussi avait le regard  de ceux qui ont caser leur rêves dans la petite boite de la réalité, comme moi en somme…Ce ne serait pas une grande aventure avec de l’Amour en Majuscule, juste une petite parenthèse volée au passé. Tempus fugit…

 

 

Valérie, ou es-tu maintenant que je suis prêt ?      





16:38 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

> Je connais peu de filles vraiment intéressée par ce genre de type.
Ou alors oui pour au moins pouvoir dire "Jean m'a invitée hier" et entendre les copine dire "whaou, il t'a invitée toi?" et toi finir par un somptueux "Moui" blasé. Mais finalement c'est le has been qui donne son amour gratuitement qui nous interesse vraiment.

Écrit par : lola | 24/09/2004

ça alors... tu es moi toi???

Écrit par : khun | 24/09/2004

Les commentaires sont fermés.