26/11/2004

l'OS, la ram, le poulpe

En écho au post de Sophie (http://le_monde_de_sophie.monblogue.com/) sur l’attitude poulpyene :

 

 

WWPD?

Pour 'What would Poulpy Do?'

A se poser dans toutes les situations...donc hier, j'aurai du draguer le gars qui était à coté de moi, j'aurai du boire de la Guinness, sortir danser la salsa avec le beau PP, passer mes soirées au Temple Bar en petite tenue...misère, j'ai encore du boulot...

WWPD est une expression inventée par le Grand Somebaudy http://www.somebaudy.com/ 

(je me permets de copier-coller la chose, pour les problèmes de droit d’auteur merci de contacter la sabam)

 

Et bien cette interrogation fut pour moi une révélation :

 

Personnellement je ne suis pas satisfait de mon système d’exploitation :

le Barbatruc 1.0,  et ça doit être une version Beta car j’ai plein de bugs, il est long à démarrer le matin , il tourne lentement après sans compter le fait que j’ai les pires conflits système quand j’ai le malheur de lancer plusieurs applications en même temps (spécialement amour et intelligence , ça foire systématiquement).

On m’a bien conseillé d’augmenter ma Ram, mais concrètement c’est moi qui rame surtout.

Bref , je me suis dit qu'on sous-traite bien tout en ce bas monde alors pourquoi ne pas essayer un autre système ! WWPD me semble bien mais je vais opter pour un upgrade plus profond le PWOL  pour Poulpy Way of Life (version XY of course, car la jupe ne met que moyennement mes jambes en valeur).

 

J’expérimente  ça dès aujourd’hui, je compte bien faire des rapports circonstanciés sur ce nouvel OS. Bon je vais me refaire quelques épisode de Squiddkly Diddly histoire de me mettre dans la peau du personnage.

 

Note pour mémoire : acheter des fraises tagada , prendre des cours de salsa




16:43 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/11/2004

le recommandé, la vitre, le postier

Moi : Bonjour je viens chercher un recommandé…chaudement (un brin de gag matinal pour dérider le joyeux fonctionnaire néerlandophone qui derrière sa vitre blindée verte me dévisage . Je me demande d'ailleur toujours si  ils sont tous pâles ou si c’est la teinte de la glace et le néon qui les domine qui créent cet effet)

 

Le postier : Wii carte d’identité s’il vous plait :

 

Moi : voici... (m’exécutant promptement afin de passer le moins de temps possible dans cet endroit et voyant que ce magnifique trait d'humour fait flop)

 

Le postier : Et celle de votre femme ?

 

Moi : Pardon ?

 

Le postier : oui c’est au nom de Mr ET Madame Barbatruc , il me faut celle de votre femme.

 

Moi : en effet j’ai constaté cela aussi cher Monsieur, mais voyez vous le cas échéant , Madame Barbatruc n’existe pas du fait même et logique que je ne suis pas marié !

 

Le Postier : Oui bien sur , mais il me faut la carte aussi de votre femme .

 

Moi : Je vous entends mon cher, mais je ne sais pas si c’est  la grosse vitre qui nous sépare qui  étouffe ma parole mais je vous dis que madame Barbatruc n’existe pas et j’ajoute (pensant abattre une carte maîtresse dans ce jeux d'intimidation  et ainsi définitivement clouer le bec à mon adversaire dans cette joute verbale captivante du matin)... regardez le dos de ma carte d’identité , il n’y figure aucun nom !!!

(ceci fait , j’attends qu’enfin il avoue mon triomphe et me donne enfin ce  papier sans plus ergoter, déjà je jubilais d’une si facile victoire sur l’administration)

 

Le postier : Bien il me faudrait celle de Madame quand même, vous comprenez c'est à vos deux noms.

 

Moi : (un regard furtif pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un camera cachée ou tout autre piège dans lequel je semblais inexorablement tomber)

Bon je RESUME pour les sourds et malentendants : JE NE SUIS PAS MARIE ! (déjà à ce moment ma première salve de postillons percute violemment la vitre, il blémit car au fond de lui même il sait qu'il n'y a rien de pire que la guerre bactériologique ) Je ne l’ai JAMAIS été et ne compte PAS l’être dans un quelconque futur !!! Bon maintenant DONNEZ moi ce fichu papier que je puisse partir et évitez de vous mettre en retard pour votre pose café qui je l’espère vous réveillera un peu ! (imperceptiblement la mamy qui faisait la queue après moi semble se diriger vers la sortie, voulant à coût sur prendre ses distances avec le bain de sang qui s’annonçait ). Je vous le redis une DERNIERE FOIS : il n’y a pas de Madame Barbatruc !!!!

 

Le postier : (offusqué) Monsieur votre vie privée ne me regarde pas !

 

Moi : ….




11:57 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

10/11/2004

la lutte ,les chats, la victoire

Je ne résiste pas au plaisir de retranscrire le doux commentaire que j'ai trouvé, posté par un acteur de cette  campagne salutaire:
 

“Je ne déteste pas les chats. C’est juste que mes parents m’ont appris à ne pas jouer avec la nourriture.”

 

Rejoignez aussi le combat!

le bon goût et la décence ont besoin de vous!

http://embruns.net/logbook/2004/10/30.html#001617

Et je vous promets que je lancerai personnellement la campagne « Blog sans photo d’Anne Geddes » dès notre victoire inéluctable  proclamée !





















10:16 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2004

Les crustacés le futon les croissants

Quand je déprime, je prends toujours un plaisir à me lester les poches pour m’enfoncer plus vite. Je me suis donc confectionné un petit cd  reprenant des chansons que je trouve particulièrement déprimantes. C’est simple une écoute prolongée de ce recueil d’anthologie  rendrait même Mary Poppins pensionnaire long terme à Fond Roy, je suis sur qu’il faut un port d’arme pour trimbaler ce CD en voiture et son simple prêt doit relever du chef d’incitation  au suicide aggravée  devant les tribunaux

Cela présente deux avantages majeurs selon moi de se lester le moral ainsi:

1)je coule + vite et donc je touche le fond plus rapidement

2)Quand je coupe la musique je me sens instantanément mieux

 

J’aime bien me laisser couler en fait , les drames que je me fais alors font ressembler le naufrage du Titanic à une scène du petit baigneur (avec Di Caprio en roux…)

Bref profitant du sommeil de ma compagne de couche cette nuit , je suis sorti chercher le dit CD dans la voiture et je l’écoute en notant ces lignes sur un bout de papier (à ce propos je me rends compte que je ne sais presque plus écrire avec un stylo, remarquez je suis gaucher et donc à moitier pardonné...).   Mais au fait comment je me suis retrouvé ici ?

Et bien tout vient du fait que j’ai horreur de manger seul. C’est tout bonnement au dessus de mes forces, je n’y arrive pas. Je préfère crever de faim que de m’entendre mastiquer en solo (je n’ai pas dit m’astiquer en solo…) . Me réjouissant de me sustenter hypothétiquement de cervelle avec une jeune fromageovore adepte du tricot qui voue un culte singulier à la pizza , j’ai du donc en second choix me rabattre sur une  amie au demeurant fort agréable. En fait oui, je le confesse, j’ai la solitude en abjection , mais ce n’est pas le fait d’être seul sans personne qui me dérange, c’est le fait d’être seul AVEC moi qui m'est plus que pénible.

J’ai donc fondu tel le rapace sur Alexia qui, elle, de son coté réussit toujours à me faire fondre tout court.

Alexia est une très grande fille de 36 ans , assez belle , très caustique et qui a le principal mérite en cette soirée d’être  aussi seule que moi.

Alexia ne s’interroge jamais sur les raisons de sa solitude qui reste aux yeux de tous ses amis un mystère digne de la naissance de l’univers.

Alexia aime les fruits de mers et c’est justement la saison en plus je suis un crabe.

Alexia aime le vin blanc glacé et lancer des regards troublant en croquant des radis avec ses dents blanches.

Alexia aime que je lui dise qu’elle m’a manqué .

Alexia sait éclater de rire en tenant son verre sans renverser une seule goute.

Alexia a la fin du repas se penche et dit qu’elle préfère rentrer que  prendre un dessert, à ce moment précis ses pommettes sont roses et son regard brille du reflet de la bougie.

Alexia m'embrasse avant de rentrer dans la voiture  pendant que je lui ouvre la porte.

Alexia fait très bien l’amour mais affectionne les futons que mon dos déteste

Alexia est seule ce soir comme moi.

Alexia me fait du bien dans la tête sans même devoir parler, c’est mon opiacé préféré.

Alexia aime qu’on la serre fort et moi j’aime bien ça aussi , je le fait comme si je poussais désespérément le bouton d’une pompe à morphine pour échapper à la douleur.

Alexia ,quand elle dort nue, laisse ses fesses découvertes, mais se couvre les épaules et la tête.

 

Je ne vais pas m’enfuir ce soir,  je retourne la serrer sur son tatami pour spartiate masochiste et tromper encore un peu nos solitudes.

(Demain j’irai chercher des croissants, on prendra une douche et je la quitterai sur un mot doux , car on m’a dit que c’était important .)

14:40 Écrit par Barbidur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |